CoSIF:: Compte rendu de l’Assemblée Générale du 23 mars 2019

392 viewsAG COSIF
Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [1.66 MB]

Question is closed for new answers.
Marked as closed
0
Anonyme 0 Commentez

Bonjour,

je viens de comprendre que pour poser une question, il faut envoyer une réponse (Answer).
Alors, je pose les questions suscitées par la lecture des documents donnés en lecture.
1) Il est mentionné “dissolution” du CDS77. Cette dissolution n’est effective que si elle est officialisée auprès des services préfectoraux.
M. Holvoët, dans un courriel, a précisé qu’il n’y avait pas de récépissé de cette déclaration car elle n’a pas été faite.  la question est donc : la dissolution du CDS77 a-t-elle été déclarée en préfecture de Seine-et-Marne ?

2) Si oui à la précédente, la question est : peut-on avoir une copie du récépissé de cette déclaration ?

3) M.      censé représenter les clubs du 77, parle de “moins mauvaise des solutions” et de “relations exécrables entre clubs”. Les questions sont :
A ] Pourquoi ne pas avoir choisi la meilleure des bonnes solutions qui était de voir démissionner tout ou partie des membres du CA, sauvant ainsi le CDS, et permettant à des membres dynamiques et compétents de rendre le relais ?
B] Comment des relations pouvaient-elles être exécrables entre clubs puisqu’il n’y avait plus aucune relation depuis…4 ans ?
4) M.       censé représenter les clubs du 77, et brillamment élu à l’unanimité comme GE, se doit d’être représentatif, donc.
Question A  : Comment un GE peut-il être représentatif d’un club s’il n’a jamais communiqué avec ce club ?

Question B : peut-on établir une règle simple, pour une réelle représentativité, qui est que toutes les informations, tous les projets, et tous les sujets soumis à réflexion et débat soient communiqués intégralement et simultanément aux deux clubs du 77 ?
Et leurs réponses fidèlement rapportées au COSIF.

5) Au-delà du seul petit 77, les GE ont-ils chacun le même “poids” dans les votes, indépendamment du nombre de clubs et/ou de licenciés et licenciées dont ils sont représentants ?

6)Il est évoqué une “convention” relative à la Carrière de Puiselet/Larchant, dans divers paragraphes…Ca date de 2018 au mieux.
On peut lire aussi que cette convention existe et qu’il ne reste qu’à définir les modalités d’accès.
Deus ans…et, sauf erreur, ces modalités ne sont toujours pas établies (cependant que les énormes barreaux n’ont pas résisté longtemps aux spéléphiles un peu techniciens…).
Question double : où en sont-donc des modalités attendues, et si lenteur aussi grande, pour quelles raisons ?

7) Il est évoqué aussi  plusieurs fois un projet et même “des projets” autour d’une carrière de Gagny.
Question A : de quelle carrière s’agit-il exactement ? Nous en connaissons au moins 6 encore accessibles…de quelle carrière s’agit-il ?
Question B : De quels projets s’agit-il, précisément ?

Question C : En quoi la FFS/COSIF sont-ils intéressés, puisque l’on parle de comblement ?

8) Il est évoqué la parution prochaine (dont publicité dans une édition du COSIF en appel à souscription) d’un inventaire de cavités bellifontaines.
Question A : cet inventaire est-il édité ?
Question B : si non, pourquoi ?
Question C : si oui, pourquoi le club SJV n’en a-t-il rien su et rien reçu ?
Question D : S’il n’est pas trop tard, le président du COSIF a-t-il bien transmis la demande du club SJV qui est qu’il ne soit pas seulement cité par une abréviation noyée dans un édito, mais clairement identifiable avec son appellation en clair et ses coordonnées complètes ?

9)Peut-on soumettre à l’ensemble des licenciés de la région la proposition que l’on emploie les termes “canyonisme” et “canyonistes” au lieu de “canyoning” et “canyoneur” ?
Ceci parce qu’une fédération française n’a aucune raison valable d’employer des termes anglo-saxon dès lors qu’il en existe en français qui sont parfaitement équivalents, pour le premier cas et que le terme canyonisme, tout comme cyclisme ou alpinisme (Etc.) recouvre une grande diversité d’approches sportives.
Ceci parce qu’il est préférable, chaque fois que cela est possible, d’utiliser des termes épicènes, qui ne font prévaloir ni féminin ni masculin dans leur emploi.
Devra-t-on dire “canyoneure” ou “canyoneuse” si on veut éviter un masculin si souvent dominant ?

10) Les questions posées, correctement, respecteusement, clairement, sont-elles accessibles à tout fédéré et toute fédérée se rendant sur le site, ainsi que les répinses, s’il y a  ???

Answered question
0
Anonyme 0 Commentez

dans l’envoi précédent, parti un peu vite, il manque le nom du GE élu pour représenter les clubs du 77.
C’est une erreur involontaire.
Il faut lire “VIDAL”. Merci de bien vouloir compléter.
Je ne suis pas anonyme du tout : Christian Rilhac, Président du club Sports-Jeunes-Vacances, A 77.

Answered question